Patrick KUBAN

Patrick KUBAN SONACOM Voix Off

ce métier c’est imposé tout de suite à moi

Patrick KUBAN fait parti de ce pôle de comédiens voix off qui ont toujours été là, avec qui SONACOM a grandit, ou plutôt qui ont grandit en même temps que nous.
En fait, nous travaillons avec Patrick depuis plus de 20 ans. Il a commencé à travailler jeune, comme nous! Ce qui lui donne aujourd’hui une grande expérience et un savoir-faire dans de nombreux domaines.
Sa voix, médium-grave, ultra précise, fonctionne extrêmement bien pour illustrer un contenu sérieux, didactique, posé ou dynamique. Mais il sait aussi être un peu fou quand les clients lui en laissent la possibilité.
Passionné de radio depuis son enfance, il est également passionné de musique au point d’avoir créé, il y a quelques années une radio dédiée aux amateurs de jazz.

Patrick est un vrai passionné, un bucheur de talent. Selon lui, on ne choisit pas ce métier , c’est le métier qui vous choisi. Alors il ne s’est pas trompé.
Il adore ce qu’il fait et ça tombe bien, nous aussi !

PLUS
DE
300
COMÉDIENS
ET
VOIX OFF

4 STUDIOS
ÉTUDIÉS
POUR LA
PRISE DE VOIX
SONACOM_STUDIO1
PLUS
DE
45
LANGUES
ÉTRANGÈRES

INTERVIEW

Patrick, dis-nous d’où tu viens !

Je suis né à Paris, mais j’ai passé mon enfance à Grenoble, et c’est là, vers 14 ans que j’ai découvert la radio, par un copain qui travaillait bénévolement dans une petite station de sports d’hiver. J’y trainais souvent et un soir de tempête, l’animateur n’a pas pu monter à la station, et comme j’étais là, j’ai pris l’antenne et c’était parti. Et de là, petit à petit j’ai eu mon émission, le mercredi, car le reste du temps j’étais à l’école.

Et après, quel a été ton parcours ?

Vers 16-17 ans j’ai commencé à travailler dans des radios libres en bénévole, et d’ailleurs c’est là que j’ai tout appris, c’était vraiment le monde de la débrouille. On faisait les voix, la prod, la technique, le montage… on faisait tout. Ensuite, j’ai fais un remplacement à Radio France Isère, j’animais une sorte de hit parade.

Et donc, à quel moment tu as commencé réellement à faire «des voix off» ?

Justement, quand j’étais à Radio France, si je passais dans le couloir et qu’il y avait une voix off à faire pour une promo par exemple, on me disait : « Tu peux faire la voix off Patrick ». Du coup, j’ai fait des kilomètres de pub locales, de promos etc…

Et comment de Grenoble tu es arrivé à Paris ?

A force de faire des voix off, j’ai été happé par le réseaux FUN qui venait de se monter par des anciens d’NRJ. Au début, j’ai bossé à la prod de FUN Grenoble ou j’écrivais les textes et ou je faisais les voix. Après je suis monté à Lyon toujours chez FUN.

Donc en fait à ce moment là tu étais déjà pro !

Oui, à l’âge de 17 ou 18 ans je travaillais , donc j’ai arrêté les études très tôt. J’ai été propulsé dans le milieu professionnel très vite. En fait, ce métier c’est imposé tout de suite à moi et ça m’a paru naturel de faire ce boulot. Ensuite, j’ai participé à un concours des producteurs de province et j’ai gagné. Le réseaux FUN s’est agrandi et j’ai été appelé pour venir à FUN Paris pour remplacer un producteur qui quittait la radio. Je monte à Paris, je rencontre le producteur que j’étais censé remplacer, on devient copain. Du coup il n’est pas parti et on s’est mis à bosser ensemble.

Mais là tu faisais des voix ?

Non, pas au début, je faisais de la prod, écriture, enregistrement, montage, j’étais à la console. Je suis souvent allé aux US quand j’étais plus jeune et j’adorais les radios la bas. Je voulais essayer de reproduire le son de ces radios avec des grosses voix et des traitements de son très typiques US. Donc on a monté des traitements de son à la radio avec des gros harmonizer et ce genre de choses. On a fait un casting de voix pour essayer de retrouver ce son des jingles américains. On a testé plusieurs grosses voix, il y avait par exemple Benoit Allemane. que tu connais bien, mais en fait c’était des trop grosses voix. Les harmonizers et les autres machines de traitement de son marchaient bizarrement et ça ne donnait pas le son qu’on voulait. Un jour on a essayé avec ma voix et (après pas mal de réglages) on a trouvé un truc différent des autres radios et ça a plu à la direction de FUN. Du coup je me suis retrouvé la voix de FUN.

Comment tu es passé de voix de FUN à la pub et aux autres prod ?

J’ai fait les voix off de FUN pendant 2 ans puis la direction a changé et je suis parti. C’est là que je me suis dit qu’il y avait peut être un truc à faire avec la voix .
Donc comme tout les comédiens, je fais une maquette, j’envoie des dizaines de K7 (oui de K7 !), dont une à M6 ou j’ai été pris pour faire les bandes annonces.
Et ensuite, au fur et à mesure des années, j’ai enchainé les chaines : M6, TF1 et Canal+ depuis 2000, et les habillage radio. D’ailleurs je suis toujours depuis 12 ou 13 ans la voix de RTL2.

Quelle est ta ou tes principales activités?

Je n’ai pas vraiment de spécialité mais c’est vrai que je fais beaucoup de bandes-annonces, pas mal de documentaires et des pubs. C’est assez équilibré entre les trois.

Il y a des choses que tu fais peu ou pas et que tu aimerais faire ?

Oui, du dessin animé !

Je pensais bien que tu allais parler de doublage…

Non, le dessin animé, j’en ai fait pour Canal+, un dessin animé qui s’appelait Central Building. C’était vraiment bien, et j’ai bien aimé le boulot de création.
En ce qui concerne le doublage, si l’occasion se présente je ne dirais pas non, mais il y a déjà pas mal de monde sur le coup, et des gens très bons, et en plus je suis déjà bien occupé avec tout ce que je fais.

Si tu devais comparer tes débuts et aujourd’hui, dans la façon de travailler…

Je trouve qu’il faut beaucoup plus se vendre mais bon… c’est l’époque qui veut ça. J’ai peut-être un seul petit regret, c’est qu’on ne prend pas, selon moi, assez de temps pour faire les choses et ça se retrouve dans le résultat final. Pour moi le son c’est vraiment important et pourtant c’est le parent pauvre de l’audiovisuel. On ne travaille pas assez le son dans les pubs et en télé en général, je ne parle pas de SONACOM, au contraire ! Je pense que c’est une erreur de la profession.
Plus précisément sur les voix off, la tendance est de prendre des voix les plus neutres possible, j’ai pas encore bien compris pourquoi, mais souvent des voix qui, selon moi, manquent d’identité.

Pour finir, tu es à l’initiative de la création de l’association «les voix» tu peux nous en parler.

En fait, on a commencé par un forum sur internet, et assez vite c’est devenu un échange, qui c’est transformé en association. Alors, on a créé une sorte de charte et avec Pierre-Alain de Garrigues. et les autres on se pose des questions sur notre métier et comment le faire au mieux. On essaye d’informer les comédiens, et relayer les usages des voix dans les médias et quelque part de se protéger par des textes diffusés. Cette association sert surtout à communiquer entre professionnels du son et de l’image, les producteurs, les comédiens, les réalisateurs… On ne veut rien imposer mais essayer d’apporter une certaine cohérence dans notre travail et de donner une sorte de cadre mais un cadre positif.

4 STUDIOS

Chaque cabine est isolée et bénéficie d’un traitement acoustique étudié
spécialement pour la prise
de voix

PRISE
DE VOIX
EN
CABINE
ACOUSTIQUE

CONFIEZ-NOUS
VOS PRODS

. Ingénieurs du son permanents
. Réalisateurs expérimentés
. Recherches musicales
. Compositions originales
. Castings, direction artistique
. Prise de son,
. Mixage en -23 LUFS
. Gestion des droits
(Pub ID, ARPP, SACEM, …)

DIRECTION
ARTISTIQUE
DES
COMÉDIENS

PROCESSING
SONORE
POUR
LA
QUALITÉ
DU MIXAGE

LIAISON
ISDN

Enregistrez en direct votre comédien depuis d’autres villes et d’autres Pays.
Séance en duplex par ISDN en qualité audio HD.

QUALITÉ
DE
LA
PRISE
DE SON

TROUVEZ
VOTRE VOIX

De la voix off au comédien et dans (presque) toutes les langues, vous trouverez votre solution dans notre casting